Résultats du concours photo 2019

Résultats du Concours photo 2019 du CoReg dont le thème était “Cyclotourisme & Curiosités”

Premier : Gérard SCHUFT (10 – Aube) CYCLO-CLUB TROYEN SAVINIEN
“Même en trompe-l’oeil, la beauté est dans les yeux de celui qui sait voir.” Puisserguier (Hérault)
Deuxième : Philippe HENRY (10 – Aube) ASPTT CYCLO-VTT TROYES
“La salle à manger des Korrigans, en bordure d’un sentier, le long de l’Aber Wrac’h” (Finistère)
Troisième : Évelyne FABER (10 – Aube) CYCLO-CLUB TROYEN SAVINIEN
“Sculpture Welcome (Bienvenue) d’Alexander Bourganov sur le parvis du Château de Lacoste” (Vaucluse)
Quatrième : Pascal PÉRIGNON (51 – Marne) CYCLO-CLUB RÉMOIS
“Parking flottant” – Amsterdam (Pays-Bas)
Cinquième : Bernard FRANC (54 – Meurthe-et-Moselle) CLUB CYCLOTOURISTE LONGUYONNAIS
“Vestiges du Haut Fourneau du Darlon, à Villancy-Longuyon, précurseur des Hauts Fourneaux, construit en 1692” (Meurthe-et-Moselle)

Premier Prix : cette photo du square Simone Veil (elle est représentée à la fenêtre du haut à droite) à Puisserguier dans l’Hérault, apporte une image brute en deux dimensions de la réalité, mais la conscience en la regardant perçoit plusieurs scènes de vie, dans un ensemble très coloré. Même si on sent que la vie n’est que dessin, les reliefs et les couleurs bien présents ne sont aussi qu’illusion, on peut s’en convaincre en regardant l’ombre des pancartes de direction projetée sur la scène en bas à droite : les murs sont parfaitement plats.
C’est le savoir-faire des peintres qui ne trompe pas que l’oeil, mais tout notre esprit cognitif. En fait seulement deux fenêtres sont réelles… et les pans de la façade, plus clairs à gauche qu’à droite, ne sont pas naturellement éclairés, on voit aux ombres des arbustes qu’on est en milieu de journée, donc avec une lumière qui devrait être uniforme… ce n’est pas que les pans ont été peints de couleurs progressives, c’est qu’il n’y a pas de pans du tout… les tuiles sont fausses, les piliers sont faux, les moellons sont faux, et il n’y a au départ qu’un seul mur plat et nu !
Dans cette image, le photographe a su saisir un moment où l’éclairage trop direct des heures chaudes de l’été, tant redouté en prises de vues, joue ici le rôle d’un projecteur sur un tableau dans lequel les reliefs ne sont magnifiés que par le peintre. La touche cycliste souhaitée dans ce concours reste très discrète, juste une ombre qui ne fait pas ombrage au tableau, laissant la vie apparente en second plan s’exprimer sur cette fresque de taille réelle… des gens passent vraiment un bon moment à la terrasse du café, la jeune fille à la
fenêtre est en liaison virtuelle avec son amoureux, le toit en haut s’ouvre sur une dame au balcon dont on on irait bien tromper l’ennui si il n’y avait pas encore de la route à faire, et Simone veille sur tout ce petit monde.
La perception que nous avons de la réalité n’est qu’une illusion, elle est le résultat de comment notre conscience veut bien comprendre – et d’abord accepter au travers de notre vécu – ce qui est transmis par nos sens. L’art veut qu’on aille au-delà de cette
acceptation et qu’on trouve un sens caché ou suggéré aux apparences. La réalité ici est un mur de crépis qui le photographe n’aurait même pas remarqué s’il n’était réhaussé de quelques touches de peintures… mais si cette “réalité virtuelle” n’est pas dans la suggestion, n’est-elle pas tout de même de l’art ? Ou une simple technique ? Dilemme bien à propos de la photographie !
Deuxième Prix : une table et des tabourets tout en bois, et en pleine nature la table est mise de vaisselle fine, là est la curiosité… on aurait aimé avoir un petit rappel du contexte (les Korrigans) pour comprendre l’image sans apport de commentaire. Asseoir le cyclo à la table aurait été une bonne idée.
Troisième Prix : une photo bien composée entre cyclo et curiosité, complètement dans le sujet, qui aurait pu avoir un peu plus d’envergure dans le classement.. On peut comprendre que pour les cyclos qui font le jury, les jambes ont plus d’intérêt que les bras…
Quatrième Prix : un parking à vélos flottant, la curiosité n’est pas banale, et on ne pas dire que l’élément vélo n’est pas présent… L’ensemble est très statique malgré les passants en arrière plan, pas de cycliste en mouvement et un cadrage un peu trop simple, un petit bout de premier plan aurait été le bienvenu.
Cinquième Prix : une photo simple bien dans le sujet, un cyclo devant une curiosité. Une prise de vue un peu plus proche aurait permis de mettre le vélo plus en valeur et de montrer le contrebas de la ruine pour comprendre que c’ est un ancien haut-fourneau. Une photo doit pouvoir se passer de légende explicative.
(Commentaires de Michel Foucher)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *