CoDep 51

La randonnée du dernier jour (9, 10 et 11 novembre 2018)

Ils étaient 22 cyclos et cyclotes venus de Reims, Châlons, Sainte Menehould, de l’Aisne, de Haute-Marne et des Ardennes le 9 novembre dernier au départ d’une randonnée aussi éphémère qu’exceptionnelle.
En effet, née de l’imagination féconde du GO du Codep Marne, Christian Gentilhomme, cette randonnée du dernier jour avait pour ambition de relier Vrigne Meuse, commune où fût tué Augustin TREBUCHON quelques minutes avant l’armistice, à La clairière de Rethondes où fût signé l’armistice en traversant les plaines et monts des Ardennes et de l’Aisne marqués par les combats de cette guerre. Cette initiative a séduit puisqu’elle a reçu le label du centenaire.
Après un accueil au cimetière où reposent André Trébuchon et ses camarades (que l’Armée a fait mourir le 10 au lieu du 11 car elle ne voulait pas de mort le jour de l’armistice) par monsieur le Maire de Vrigne, du conseiller départemental et de Jean-Louis président du club voisin de cyclotourisme et membre du Coreg Grand Est, les 22 cyclos s’élancèrent vers Corbeny d’abord dans un brouillard puis sous un soleil généreux illuminant de magnifiques couleurs automnales.
En fin de matinée nous avons visité le musée Guerre et Paix à Novion-Porcien, musée qui retrace richement les 3 guerres vécues par Les Ardennes de 1870 à la seconde guerre mondiale. Beaucoup de tenues, de casques, d’armes, de véhicules, de documents, qui méritent vraiment de s’y attarder.
L’après-midi était moins «montagneux» et révélait des collines boisées dont les couleurs pouvaient faire croire qu’elles brûlaient. Grâce au ciel dégagé, le souci d’arriver avant la nuit tombante n’en fût pas un et l’arrivée à l’hôtel du Chemin des Dames couronna une journée de vélo très agréable malgré un dénivelé certain.
Les prévisions météorologiques pour le samedi étaient hélas justes : dès le réveil la pluie nous attendait pour nous accompagner presque toute la journée.
Et croyez bien que la traversée du plateau du Chemin des Dames sous une pluie renforcée par un vent assez fort, a paru à tous comme un hommage aux souffrances ici conjuguées au plus fort. L’offensive de 1917 sur le Chemin des Dames a engendré 140 000 morts des deux côtés des combattants.
Autre hommage rendu, celui à la nécropole de Cerny-en-Laonnois où reposent plus de 5 200 soldats français et 54 soldats russes. A quelques centaines de mètres 4 346 soldats reposent dans un cimetière allemand.
Arrêt également au Fort de La Malmaison pour rendre hommage aux Zouaves et au régiment colonial du Maroc et aux 11 808 soldats allemands de la seconde guerre mondiale qui y reposent. Un peu plus tard une halte au Moulin de Laffaux et son monument des crapouillots en hommage aux artilleurs.

En quittant le plateau du Chemin des Dames, une pensée à la fois émue et de désolation nous étreint.
Après un repas à Vic sur Aisne servit par une anglaise de Manchester et une photo souvenir devant le magnifique château, il restait à rejoindre Compiègne et la civilisation ou presque. En effet, les nombreuses petites routes empruntées depuis Vrigne nous avaient éloigné du bruit et des véhicules. Malgré la venue imprévue de la chancelière allemande et de notre président à Rethondes, nous rejoignons aisément notre hôtel pour une douche amplement désirée.
Pour achever cette randonnée mémorielle, il nous restait à atteindre la clairière de l’armistice gérée par une association quelque peu surprise et débordée par un afflux de visiteurs français mais aussi allemands, hollandais, anglais, de groupes de scouts ou de personnes âgées, qui voulaient cent ans plus tard, le 11 novembre à 11 heures, en quelque sorte signer la fin d’une guerre et enfin rendre une dignité à tous les acteurs de cette folie humaine.
Pascal Pérignon pour le Codep de la Marne